cabinet de recrutement IT IA informatique

TOP 14 des questions pièges en entretien d’embauche

Vous allez démarrer un processus de recrutement pour l’offre d’emploi qui vous intéresse. C’est déjà une belle victoire !

Vous devez obligatoirement préparer votre entretien.

Le recruteur ne cherche pas à piéger le candidat en entretien. Il veut verifier si vous êtes fait pour le poste et l’entreprise.
Mais attention, certaines questions peuvent coûter votre place en quelques secondes. Elles se préparent, en fonction de votre situation, le poste et l’entreprise.
Si possible, faites-vous aider par un proche. Vous pouvez également en parler à votre chasseur de têtes si vous passez par un cabinet.

Factoriel, cabinet de recrutement informatique, a sélectionné pour vous le Top 14 des questions pièges en entretien d’embauche. 

talent-candidat-informatique

1 Parlez-moi de vous

Ce n’est pas vraiment un piège, quoique. Attention de bien structurer votre prise de parole. Le recruteur attend un résumé des différentes étapes de votre carrière en commençant par la plus ancienne.

Montrez que vous êtes le candidat idéal pour le poste avec un discours chronologique mais sans l’endormir !

Vous devez parler de ce qui intéresse votre interlocuteur par rapport au poste à pourvoir. Ne parlez pas des heures de vos premières expériences si la plus récente est vraiment la plus importante.

Pour les commerciaux, il faudra montrer votre talent de persuasion. En informatique, insistez sur vos projets et technologies qui correspondent à la fonction.

Cette question permet également de voir si vous êtes stressé, votre niveau de français, si vous êtes timide ou trop confiant. Le recruteur regarde également votre gestuelle, et si vous le regardez dans les yeux.

C’est une question classique qui se prépare.

2 Quel est votre objectif à long terme?

Le piège de l’ambition ! Gardez de l’humilité en expliquant que vous voulez d’abord faire vos preuves, évoluer en fonction des possibilités et de la hiérarchie. Evitez les phrases comme « je voudrai prendre votre place ».

Ayez du bon sens. Un exemple fatal déjà rencontré: Un commercial en informatique montre ses rapides ambitions de management d’autres commerciaux et évoluer rapidement ainsi.

Néanmoins ce grand groupe a un seul directeur commercial et de nombreux commerciaux pour une offre très complexe. L’évolution possible est surtout en transverse, autour des offres complexes, pas du tout pyramidale… Le candidat n’a pas été choisi.

3 Pourquoi souhaitez-vous travailler avec nous ?

Mettez en avant les qualités de l’entreprise, le poste à pourvoir. Montrez qu’il s’agit pour vous d’une évolution, une opportunité. Soyez positif, un brin commercial, avec de l’enthousiasme. Vous pouvez parler des valeurs de l’entreprise qui vous ressemblent : l’écologie, l’offre, le traitement des salariés par les ressources humaines.

A éviter : Parler de leur comité d’entreprise (CE), du télétravail sans avoir valoriser l’entreprise et le poste.

Conseil de Factoriel : Evitez de dire cette phrase de « rechercher un nouveau challenge, un nouveau défi… ». On l’a trop entendu.

4 Pourquoi avez-vous quitté votre ancien poste ?

Ne pas critiquer l’ancien employeur ou le responsable.

Cette question n’est pas simple, il n’y a pas de bonne réponse.

Néanmoins, le recruteur n’est pas stupide, vous pouvez dire que la fusion, les mauvais résultats de l’entreprise ont gelé les budgets, les projets. L’ambiance n’est plus comme avant etc.

Par contre, vous devrez tenir un discours positif sur ce que vous avez fait et appris. Basculez vite votre réponse sur votre avenir, l’offre d’emploi proposé. C’est l’occasion pour vous de prendre un tournant professionnel.

5 Que pense votre ancien responsable de vous ?

Si vous êtes disponible, le recruteur souhaitera avoir une référence de votre dernier responsable. Si la relation est tendue avec l’ancien responsable, le recruteur le sentira. Soyez objectif, évitez surtout de le critiquer, de vous lâcher. D’ailleurs, lorsque la relation est restée positive, le candidat évoque que les deux sont toujours en relation, se donnent des nouvelles etc.

Ce que pense votre ancien responsable ? Rappelez-vous de vos entretiens annuels. S’ils sont positifs, argumentez avec ces exemples.

On a aussi la question sur les collègues ou les amis. « Que pensent vos collègues de vous ? Vos amis ? »

6 Quels sont vos défauts et qualités professionnelles ?

On a trop entendu la réponse « je suis trop perfectionniste ». Le recruteur pensera que vous fuyez et sera déçu de ne pas mieux vous connaître.

Décrivez un point faible concret avec un exemple et surtout comment vous faites pour ne plus l’avoir. Ne passez pas des heures à parler de défauts, zappez au plus vite.

Pour les qualités, n’exagérez pas, et prenez votre principale qualité, vos points forts qui correspondent au poste à pourvoir.

7 Pourquoi devrions-nous vous prendre ?

Dire que vous êtes le meilleur candidat, vous n’en savez rien. Argumentez de façon spécifique sur ce que vous pourriez apporter. Mettez en avant vos atouts professionnels, ce qui vous distingue des autres candidats et soulignez votre motivation.

Nous vous conseillons de ne pas être trop long, vaux mieux faire court mais persuasif. Prenez l’exemple d’une pub à la télé, elle doit convaincre en moins de 30 secondes !

8 Qu’attendez-vous de votre manager?

La réponse peut être facile en demandant des qualités de leadership, de savoir donner l’exemple et de défendre ses équipes.

Un exemple de piège serait de chercher des instructions tous les matins alors que le manager veut une personne rapidement autonome.

9 Avez-vous l’esprit d’équipe ou êtes-vous plutôt autonome ?

Démontrez et donnez des exemples concrets. Si le poste se situe dans une équipe, par bon sens mettez l’accent sur cette capacité à travailler en équipe. En IT, vous pourriez indiquer que vous travaillez en agilité, dans un projet avec des métiers différents.

10 Pourquoi ce trou dans votre de CV ?

Attention, le recruteur devinera si vous mentez. Dites-lui que vous avez été actif. Vous n’êtes pas le seul à avoir des trous dans un CV, soyez rassuré(e). D’ailleurs, il y a des fonctions ou des secteurs réputés instables.

Si tel est le cas, se sera plus facile d’argumenter. Par contre, si vous êtes ingénieur développeur au chômage depuis 1 an, il faudra bien réfléchir à votre argumentaire.

Ne vous sentez pas coupable. Expliquez que vous n’avez pas pris n’importe quel job, que les salaires proposés étaient bien en dessous du votre etc.

Montrez une volonté de vous en sortir! Dans certains cas, assumez par exemple vous avez profité d’un break pour vos enfants, vous avez fait le tour du monde…

En bref, répondez rapidement, avec assurance, assumez ce trou et ne mentez pas.

Ayez une attitude positive. le réel piège est peut-être dans la forme !

Exemple à ne pas faire: Si vous montrez une angoisse, un rejet du monde du travail, une culpabilité, des mensonges. Préparez à deux cet argumentaire.

11 Quelles sont vos prétentions salariales ?

Personne n’y échappe pendant le process. Discutez de ce sujet avec votre chasseur de têtes, consultant en recrutement si vous passez par un cabinet. Sinon plusieurs cas de figures sont possibles :

1-    Vous êtes certain du salaire minimum que vous voulez et dites-le : « ma fourchette est de 50 à 55k€ en salaire fixe. »

2-    Vous avez des concurrents, vous voulez absolument le poste et vous craignez d’être trop coûteux. Donnez votre salaire actuel, argumentez en évoquant que vous prenez un risque de démissionner, vous espérez bien gagner plus que votre salaire actuel.

3-    Cas particuliers: changement de région, de fonction, de taille d’entreprise, votre salaire actuel est au-dessus du marché. Montrez que vous êtes ouvert à une négociation globale compte-tenu de la variable, de l’intéressement etc.

Un conseil : N’écoutez-pas vos collègues ou les amis qui vous conseillent de demander +20 +30% de salaire à

12 Avez-vous d’autres pistes dans vos recherches ?

Le mensonge se détecte facilement.

Vous avez le droit d’avoir d’autres entretiens. D’ailleurs, si un processus est bien avancé dans une autre entreprise, le recruteur s’adaptera. Il pourra même vous faire une proposition plus rapidement.

Montrez de l’intérêt certain pour le poste mais que vous poursuivez un autre process en cours. 

13 Avez-vous des questions ?

Ne pas dire NON.

-Des questions pertinentes peuvent venir au cours de l’entretien

-Préparez 1 à 2 questions avant l’entretien, mettez-vous à la place de l’interlocuteur. Terminez en beauté !

-Ne vous mettez pas une balle dans le pied en demandant ce qu’il y a dans le Comité d’Entreprise ?

-Sans idée, ou sans prendre de risque, le plus souvent on entend : « Quelle est la suite du processus ? »

Un conseil : Ne pas inonder l’interlocuteur de questions. 1 à 3 maximum.  

14 Les questions absurdes, originales en entretien 

On en parle peu, mais certains recruteurs comme dans les métiers de la vente posent parfois des questions originales, parfois limites…

Vous avez vu le film « Le loup de Wall Street » ?

Voici l’extrait  d’une demande de vendre un stylo.

Cet exemple a été repris dans des entretiens réels pour des postes de commerciaux. 

Nous nous souvenons aussi d’un grand groupe connu qui demandait à ses candidats commerciaux : « Faites-moi un truc de fou ? » 
Ou  » dans quel restaurant m’enmenez-vous ? » 
« Seriez-vous ok pour rester l’après-midi avec nous ? »

La liste peut être longue et vous avez peut-être déjà vécu ce type de question, vous pouvez nous les communiquer !  
En bref, il faut rester professionnel. Ne vous laissez pas impressionner par certaines questions absurdes. Ayez du bon sens. Evidement toutes questions illégales, sexiste etc sont à fuir. 

Heureusement, il n’y a pas que des questions pièges en entretien d’embauche ! Découvrez notre article : ENTRETIEN D’EMBAUCHE: TOP 30 DES QUESTIONS

factoriel